Partners
FINA
Astral+Pool
CONSANAT
CCAN
USAS
Aquatic+Canada+Aquatique
Q&A with Swimming Canada's High Performance Director John Atkinson

Q&A with High Performance Director John Atkinson

 

With another international swimming season in the books, Swimming Canada High Performance Director John Atkinson recently attended the Canadian Swimming Congress, where he had a chance to share his vision with coaches from across the country. Atkinson also took some time for an in-depth interview as we turn the page to a new season of swimming. After a successful summer that saw Canada win 11 medals at Commonwealth Games, seven at Pan Pacific Championships and an astounding 67 at Para Pan Pacs, Atkinson answered a few questions about his first full season and what lies ahead for Canadian swimming. 

 

PART ONE

 

Q: Your title is “High Performance Director” – how do you and Swimming Canada define High Performance? 

 

A: Our definition of “High Performance” is clear: “Top 8 world ranking with continual progression towards, and the achievement of, Olympic podium performances.” That said, we recognize that the pursuit of High Performance is a continuum. We have three tiers of criteria: Olympic medals, followed by medals at the long-course FINA World Championships, followed by swimming in a final at either of those major meets.

 

We also look at identifying High Performance potential through a variety of tools. This includes achieving Top 16 performances at those major meets, or Top 8s at World Junior Championships or Junior Pan Pacific Championships. It also includes achieving published “On Track” times that show significant evidence of continued development.

 

Q: What needs to happen to support the development of High Performance?

 

A: Short-course racing September through December whilst in full training, then long-course racing from January through to the Trials. We have our Trials set for early April the next two years, and long-course racing opportunities should be used in preparation for Trials. We want swimmers to resist the temptation to rest and shave for earlier meets such as Easterns, Westerns, and CIS Championships. Doing this can compromise training and in turn results at Trials and in the summer. We want to see two tapers per year: Trials and summer, potentially racing multiple times on one taper, for example multiple championships in the summer.

 

We want Canadian swimmers to adopt a philosophy of preparing to be world-class, focusing on international standards at the major meets.

 

Q: How are selection policies developed and what is in store in 2015?

 

A: Swimming Canada’s High Performance department prepares policies, which are then reviewed by the selection committee before publication. We are implementing standards geared towards selecting swimmers with an increased likelihood of progressing beyond heats at major international competitions. In 2014 we also included some age weighted standards for the Pan Pacific Championships, which will not be included in the policies for 2015 Pan Am Games, World Championships, FISU Games and World Junior Championships.

 

By setting higher standards, athletes can maximize the number of swims they are shaved and tapered for at appropriate competitions. Past Canadian teams have had some athletes train for weeks and travel to a major competition only to swim one heat. In my opinion it does no one any good to swim only once in a rested and tapered state. We want athletes swimming multiple swims to consolidate the times they are capable of doing, not just doing it once in the heats and that’s it for several months. If athletes are not demonstrating the potential to do this internationally, it’s better for their development to swim multiple swims at meets such as the Canadian Swimming Championships.

 

Q: Some other countries simply send their fastest swimmer or swimmers in each event? Why isn’t selection criteria always as simple as “first to the wall”?

 

We can’t compare ourselves to countries like the USA, Australia, or even Japan and Britain. Those countries have advantages in financial resources, population base or volume of registered competitive swimmers – sometimes all three. We need to find solutions that work for Canada and look at nations such as Denmark, Hungary, Spain, South Africa and the Netherlands. That may mean larger teams at relevant competitions but a more focused approach at others, for example. What we have been doing over the past few years has not made us systematically better, so we must explore other avenues. It’s about changing the trend through strategic investment in High Performance swimming.

 

Q: How are Swimming Canada’s “On Track” times being used?

 

A: The On Track times model is based on real swimmer progressions and real data from performances at World Junior Championships and Junior Pan Pacs, progressing towards senior international qualifying standards. We developed a Gold Medal, Podium, and Finalists track, and then looked at progression rates within Canadian age group swimming. Whatever method we use, there will always be a line that selects some and not others. Ultimately the standard of progressing beyond heats will ensure we are selecting the right team.

 

As a “smaller fish” in the big pond of swimming, Swimming Canada has to be strategic in how we invest our limited budget. We don’t have advantages such as a huge population or an unlimited budget, and we are one of many sports in Canada. It’s an ongoing process to find an edge for Canada and we believe On Track times enhance our ability to identify the right swimmers to invest in. We are committed to High Performance and working towards that by identifying swimmers with the highest probability to achieve that goal.

 

Q: But not every swimmer follows the same progress curve. Is it realistic to predict a swimmer’s potential years from now based on their current times?

 

There may be occasional exceptions, but the vast majority of successful international medallists have demonstrated a steady rate of improvement over several years. For example, the median age of male Olympic medallists from London in 2012 was 24, meaning half the medallists were older, half younger. But it would be misleading to simply say that’s a “peak” age we should be focusing on. Of the 15 “older” medallists, the median age for winning their first world championships medal is actually 21. Only two won their first medal at worlds over the age of 24, and only one won an Olympic medal before winning one at worlds. Generally swimmers winning medals at those ages are continuing a proven history of winning medals in their early 20s or younger, not “peaking” out of nowhere. If some athletes have not demonstrated any improvement over several years, we have to be strategic about choosing to invest in potential for High Performance.

 

 

 


 

 

 

QetR avec le directeur de la haute performance John Atkinson

 

Avec une autre saison internationale de natation terminée, le directeur de la haute performance de Natation Canada, John Atkinson, a récemment participé au congrès canadien de natation où il a eu une chance de partager sa vision avec les entraîneurs d’à travers le pays. Atkinson a aussi pris du temps pour participer à une entrevue en profondeur alors que nous tournons la page vers une autre saison de natation. Après un été couronné de succès qui a vu le Canada gagner 11 médailles aux Jeux du Commonwealth, sept aux championnats pan-pacifiques et pas moins de 67 aux championnats para-pan-pacifiques, Atkinson a répondu à quelques questions à propos de sa première saison complète et de ce qui s’en vient pour la natation canadienne. 

 

PARTIE UNE

 

Q: Votre titre est «directeur de la haute performance» – comment vous et Natation Canada définissez-vous la haute performance? 

 

R: Notre définition de «haute performance» est claire: «Les huit premiers dans le classement mondial avec une progression constante vers, et la réalisation, des performances sur le podium olympique». Cela dit, nous reconnaissons que la poursuite de la haute performance est un continuum. Nous avons trois tiers de critères: les médailles olympiques, suivies par les médailles aux championnats du monde en grand basin de la FINA, suivis par les courses dans une finale dans une de ces compétitions majeures.

 

Nous visons aussi identifier le potentiel de haute performance par différents outils. Ceci inclut réussir des performances dans les 16 premiers dans ces compétitions majeures ou parmi les huit premiers aux championnats du monde juniors ou aux championnats pan-pacifiques juniors. Cela inclut aussi réussir les temps «en voie» publiés qui montrent la preuve significative du développement constant.

 

Q: Que doit-il se produire pour soutenir le développement de la haute performance?

 

R: Les courses en petit bassin de septembre à décembre pendant l’entraînement complet, puis les courses en grand bassin de janvier jusqu’aux essais. Nous avons nos essais prévus au début d’avril lors des deux prochaines années et les occasions de courses en grand bassin doivent être utilisées en préparation pour les essais. Nous voulons que les nageurs résistent à la tentation d’être reposés et rasés pour les premières compétitions comme les championnats de l’Est, de l’Ouest et du SIC. Faire cela peut compromettre l’entraînement et par conséquent les résultats aux essais et au cours de l’été. Nous voulons voir deux ralentissements par année: aux essais et l’été, potentiellement faisant des courses à plusieurs reprises lors du même ralentissement, par exemple les nombreux championnats en été.

 

Nous voulons que les nageurs canadiens développent une philosophie de se préparer pour être de niveau mondial, concentrés sur les critères internationaux dans les compétitions majeures.

 

Q: Comment les politiques de sélection sont-elles établies et qu’en est-il pour 2015?

 

R: Le service de la haute performance de Natation Canada prépare les politiques, qui sont ensuite révisées par le comité de sélection avant la publication. Nous implantons des critères axés sur choisir les nageurs ayant une probabilité grandissante de progresser plus loin que les courses préliminaires dans les compétitions internationales majeures. En 2014 nous avons aussi inclus des critères pondérés selon l’âge pour les championnats pan-pacifiques, ce qui n’est pas inclus dans les politiques pour les Jeux panaméricains, les championnats du monde, les Jeux FISU et les championnats du monde juniors 2015.

 

En établissant des critères élevés, les athlètes peuvent maximiser le nombre de courses pour lesquelles ils sont rasés et reposés dans les compétitions appropriées. Les équipes canadiennes passées ont eu des athlètes qui s’entraînaient pendant des semaines et allaient à une compétition majeure pour ne nager qu’une course. À mon avis, cela n’est bon pour personne de nager seulement une fois dans un état reposé et rasé. Nous voulons que les athlètes nagent plusieurs courses pour consolider les temps qu’ils sont capables de faire. Pas seulement les faire une fois dans la course préliminaire et c’est tout pour plusieurs mois. Si les athlètes ne démontrent pas le potentiel de faire cela sur la scène internationale, il vaut mieux pour leur développement de nager plusieurs courses dans des compétitions comme les championnats canadiens de natation.

 

Q: D’autres pays envoient simplement leurs nageurs les plus rapides dans chaque épreuve. Pourquoi est-ce que les critères de sélection ne sont pas toujours aussi simples que «le premier au mur»?

 

R: Nous ne pouvons pas nous comparer aux pays comme les É.-U., l’Australie ou même le Japon et l’Angleterre. Ces pays ont des avantages avec les ressources financières, la population de base ou le volume de nageurs compétitifs enregistrés – souvent les trois. Nous devons trouver des solutions qui fonctionnent pour le Canada et regarder les pays comme le Danemark, la Hongrie, l’Espagne, l’Afrique du Sud et les Pays-Bas. Cela peut signifier des équipes plus grosses dans les compétitions pertinentes, mais une approche plus concentrée dans d’autres, par exemple. Ce que nous avons fait au cours des dernières années ne nous a pas rendus systématiquement meilleurs, donc nous devons explorer d’autres avenues. C’est une question de changer la tendance par un investissement stratégique dans la natation de haute performance.

 

Q: Comment les temps «en voie» de Natation Canada sont-ils utilisés?

 

R: Le modèle des temps en voie est basé sur les progressions réelles des nageurs et les données réelles des performances aux championnats du monde juniors et les championnats pan-pacifiques juniors, en progressant vers les critères de qualification internationaux seniors. Nous avons établi le suivi de la médaille d’or, du podium et des finalistes et ensuite nous avons regardé les taux de progression dans la natation canadienne groupes d’âge. Peu importe la méthode que nous utilisons, il y aura toujours une ligne qui choisit certains et pas d’autres. Ultimement les critères de progression au-delà des courses préliminaires assureront que nous choisissons la bonne équipe.

 

En tant que petit poisson» dans le grand étang de la natation, le Canada doit être stratégique dans la manière dont nous investissons notre budget limité. Nous n’avons pas des avantages comme une énorme population ou un budget illimité, et nous sommes un de plusieurs sports au Canada. C’est une procédure constante de trouver un avantage pour le Canada et nous croyons que les temps en voie augmentent notre capacité d’identifier les bons nageurs dans lesquels investir. Nous sommes engagés dans la haute performance et nous travaillons vers cela en identifiant les nageurs ayant la plus haute probabilité d’atteindre cet objectif.

 

Q: Mais ce ne sont pas tous les nageurs qui suivent la même courbe de progression. Est-il réaliste de prédire les années potentielles d’un nageur à partir de maintenant en se basant sur les temps actuels?

 

R: Il peut y avoir des exceptions occasionnelles, mais la grande majorité des médaillés internationaux qui ont du succès ont démontré un taux régulier d’amélioration au cours de plusieurs années. Par exemple, l’âge moyen des médaillés olympiques masculins de Londres en 2012 était 24 ans, ce qui signifie que la moitié des médaillés étaient plus vieux, la moitié plus jeunes. Mais il serait faux de simplement dire que c’est un âge de «sommet» sur lequel il faut se concentrer. Parmi les 15 médaillés «plus vieux», l’âge moyen auquel ils ont gagné leur première médaille des championnats du monde est en fait 21 ans. Seulement deux ont gagné leur première médaille aux championnats du monde à plus de 24 ans, et seulement un a gagné une médaille olympique avant de gagner une médaille aux championnats du monde. Généralement les nageurs qui gagnent des médailles à ces âge poursuivent une histoire prouvée de gagner des médailles dans leurs jeunes années de 20 ans ou plus jeunes, pas dans un «sommet» surprise. Si des athlètes n’ont pas démontré une amélioration au cours de plusieurs années, nous devons être stratégiques pour choisir d’investir dans le potentiel pour la haute performance.

 

 

-- 
Nathan White
Manager, gestionnaire communications | Swimming · Natation Canada | 2445 St. Laurent Blvd. Ottawa ON K1G 6C3 | tel. +1 613 260 1348 x2002 | mob. +1 613 866 7946 |